SEMAINE UNIVERSELLE DE PRIERE 2020
Divers actualités

SEMAINE UNIVERSELLE DE PRIERE 2020

Comme tous les ans en janvier, l’Alliance Évangélique Éuropéenne (EEA) et le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) proposent cette année encore de se réunir pour prier, face aux enjeux actuels de notre pays et de l’Europe.

La Semaine Universelle de Prière 2020 aura lieu du 12 au 19 janvier 2020.

Consulter le détail du programme pour le CNEF68 Section COLMAR

Consulter le détail du programme pour le CNEF68 Section MULHOUSE

La thématique sera :  » S’équiper pour servir « 

➡ Retrouvez les ressources liées à la Semaine universelle de prière 2020 :

Le programme de prière

Les visuels de communication

EDITO

par Christian BLANC

Le mystère de la grâce divine ne vise pas seulement le salut de notre âme et notre éternité. Il est plus large et plus profond que cela. Il inclut aussi l’idée du service préparé d’avance par Dieu pour ses enfants au travers d’œuvres que lui-même a déjà prévues pour sa propre gloire : « Nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions » (Eph 2.10). Dieu ayant pensé nous associer à la réalisation de son dessein bienveillant pour l’humanité, nous voici ouvriers avec Dieu, par sa grâce.

Lorsque l’apôtre Pierre évoque le nouveau temple dans sa première lettre, il nous y décrit comme des « pierres vivantes » mais aussi comme des sacrificateurs pour le Roi (I Pier 2.5, 9). Chacun d’entre nous, sans distinction de personnes, a sa place et sa fonction dans cette grande maison dont Jésus-Christ est la pierre d’angle. Il ne s’agit pas d’un bel édifice dressé en mémoire de quelqu’un qui s’est signalé par sa notoriété mais bien d’un temple vivant où le culte du Dieu Rédempteur doit être célébré. Dans le même ordre d’idée, l’apôtre Paul rappelle aux Thessaloniciens (1 Thes 1. 9) convertis comment ils ont abandonné les idoles païennes pour servir le Dieu vivant et vrai et lui rendre un culte.

On pourrait penser facilement que ce service dans la Maison de Dieu nécessite seulement de l’enthousiasme.

La bonne volonté et le zèle sont certainement nécessaires mais ils ne sont pas suffisants.

Lorsque l’apôtre Pierre précise que nous sommes prêtres du Roi (version Français courant), il faut entendre un service exigeant dont la finalité est la gloire de celui qui nous a rachetés à un prix exceptionnel.

Le Nouveau Testament nous apprend que Jésus-Christ a donné à l’Église des ministères en vue de son équipement pour qu’elle soit en mesure d’accomplir sa mission sur la terre : « C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme bergers et enseignants. Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ… » (Eph 4.11-12).

La Parole de Dieu aussi contribue à l’équipement des chrétiens: « Toute l’Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne » (2 Tim 3.16-17).

La Bible montre par plusieurs exemples que Dieu a employé des hommes pour son œuvre après les avoir formés en vue de la tâche à laquelle il voulait les consacrer. Cette formation n’a pas seulement visé le savoir faire mais aussi les compétences spirituelles. Certains d’entre eux ont fait de mauvaises expériences quand ils ont voulu accomplir l’œuvre divine avec leurs seules motivations et leurs propres raisonnements. Si servir Dieu est une chose en soi, le « comment faire » en est une autre qui doit être l’objet de toute notre attention.

Se former, acquérir des compétences et se munir d’outils appropriés contribueront nécessairement à la qualité de notre service spirituel dans la Maison de Dieu.

Ne perdons pas de vue que « notre œuvre est pour le Roi », comme le disait le psalmiste qui voulait écrire un chant nuptial royal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *